• Karim Ghariani

Liste des 23 : Qui ira en Russie ? (deuxième partie)


A seulement quelques jours de la liste que donnera Nabil Maaloul pour les rencontres de préparation qui auront lieu les 23 et 27 Mars prochains contre l'Iran à Rades et le Costa-Rica à Nice, voici la deuxième partie de notre article traitant cette fois des joueurs en ballottage favorable ainsi que des éléments qui devront encore batailler dans les semaines qui suivent pour gagner leur place dans les 23.


Ils sont en ballottage favorable :


Gardien de but :


Mouez Hassen : Voici sans doute le futur de la sélection au poste de gardien de but. Agé de 23 ans, formé à Nice (comme un certain Hugo Lloris) et actuellement prêté à Châteauroux par le club de la Côte d’Azur, Hassen est un gardien qui bénéficie d’un avenir prometteur. Et si on le voit mal titulaire dans les cages des Aigles dès cet été, il devrait logiquement être convoqué pour le Mondial après avoir récemment donner son accord pour porter le maillot tunisien. Cela devrait donc lui permettre de prendre la température d’un groupe dont il sera peut-être l’un des futurs leaders.

Probabilité d'être sélectionné : 90%


Défenseur :


Rami Bedoui : Parfois maladroit, comme en témoigne le but qu’il offre à Bakambu lors du match contre la RDC à Rades, le défenseur de l’Etoile fait néanmoins partie des hommes forts d’un Maaloul qui a toujours compté sur lui. Qu’il soit aligné dans l’axe de la défense en l’absence de Ben Youssef ou en latéral pour renforcer le côté droit, Bedoui sait faire parler ses qualités physiques importantes et peut même parfois se projeter et être décisif, comme lors de la rencontre à Kinshasa où il offre la passe décisive sur le premier but tunisien. Il ne serait donc pas étonnant de le voir aligner d’entrée en Juin afin de sécuriser un coté où évolueront notamment Eden Hazard ou Raheem Sterling.

Probabilité d'être sélectionné : 80%


Milieu de terrain :


Seifedine Khaoui : Tout comme Ellyes Skhiri et Mouez Hassen, lui aussi vient tout juste de donner son accord pour porter les couleurs des Aigles et donc avoir la chance de disputer une Coupe du Monde. Le milieu de 22 ans, qui appartient toujours à l’Olympique de Marseille, est actuellement le leader technique du club de Troyes avec un bilan de 5 buts et 1 passe décisive en 27 matchs disputés. Doté d’une patte gauche de grande qualité, Khaoui est capable d’évoluer sur le coté droit ou dans l’axe, position à laquelle il évolue cette saison en étant le véritable dépositaire du jeu de son équipe. Même s’il peut encore manquer d’impact physique, son entente avec les autres éléments offensifs tunisien ne fait une nouvelle fois aucun doute dans la mesure où sa qualité technique correspond parfaitement à celles de ses futurs coéquipiers, que ce soit Msakni, Khazri ou Sliti.


Probabilité d'être sélectionné : 80%


Attaquant :


Fakhreddine Ben Youssef : Celui qui paraissait indéboulonnable il y a encore quelques semaines aurait pu se retrouver menacé par des éléments qui sont actuellement plus performants avec leurs clubs s'il ne bénéficiait pas d'un tel statut en sélection. Auteur d’une première partie de saison en demi-teinte avec l’Espérance, il a ensuite choisi comme bon nombre de ses coéquipiers de s’envoler vers le championnat saoudien et le club d’Al Ettifaq. Évoluant désormais en pointe, l’éphémère ex-messin a l’avantage d’avoir fait partie des hommes forts de Maaloul lors des qualifications, avec des titularisations lors de rencontres décisifs comme en Guinée ou contre la RDC à Rades. De plus, sa polyvalence et sa capacité à défendre sont très appréciés par le sélectionneur qui l’a d’ailleurs souvent utilisé sur un côté droit qu’il avait pour tâche de couvrir. Il devrait donc logiquement faire partie des 23 qui iront en Russie


Probabilité d'être sélectionné : 80%


Le gardien de but Mouez Hassen sous les couleurs de l'OGC Nice



Ils devront gagner leur place dans les semaines qui suivent :


Gardiens de but :


Moez Ben Chrifia : Il semble bien loin le temps où Moez Ben Chrifia était le numéro 1 incontesté dans le but des Aigles. Le gardien de 26 ans n’est aujourd’hui plus que l’ombre de lui-même, et ses matchs références, notamment un certain Ahly-EST au Caire il y a quelques années, ne sont plus qu’un lointain souvenir. Celui qui a fait ses débuts sous les couleurs Sang et Or à seulement 18 ans semblait pourtant promis à un avenir bien plus radieux que celui qui est le sien aujourd’hui, avec notamment la relève de Balbouli à un poste qui l’attendait. Un temps barré dans son club cette saison, Ben Chrifia a aujourd’hui retrouvé sa place de titulaire avec une récente très bonne performance en Ligue des Champions face aux Kenyans de Gor Mahia. De bonnes prestations en club, c’est justement là le seul moyen de convaincre un Nabil Maaloul qui le connait bien et l’apprécie beaucoup.


Probabilité d'être sélectionné : 70%


Farouk Ben Mustapha : Lui aussi semblait bénéficier de toutes les qualités, notamment physiques, pour évoluer en Europe dans le futur. Farouk Ben Mustapha a pourtant longtemps stagné, d’abord à Bizerte puis au Club Africain, avant de rejoindre le championnat saoudien et le club d’Al Shabab lors du dernier mercato d’été. Champion de Tunisie en 2015 avec le club de la capitale, il fait partie des convoqués réguliers en sélection, se retrouvant assez souvent en ballottage avec Rami Jeridi. Cette fois, c’est devant un Moez Ben Chrifia pas non plus au top de sa forme qu’il devra rivaliser pour une place dans la liste finale.


Probabilité d'être sélectionné : 30%


Défenseurs :


Aymen Abdennour : Il était encore impensable il y a quelques mois de voir un joueur qui a atteint un niveau de performance aussi élevé puisse connaitre une telle dégringolade et devenir un second choix en club et en sélection. C’est le cas d’Abdennour, « seulement » âgé de 28 ans mais qui semble déjà cramé physiquement et qui a notamment énormément perdu en rapidité. Si le manque de compétition peut expliquer certaines carences, l’ancien monégasque donne néanmoins assez souvent l’image d’un défenseur assez maladroit avec parfois un excès d’agressivité qui peut coûter cher à son équipe. Extrêmement précieux lors de la campagne de l’AS Monaco en Ligue des Champions il y a trois ans, le joueur qui est prêté à l’Olympique de Marseille en est désormais au point où il se retrouve dos au mur et obligé de batailler pour gagner sa place au sein d’une sélection dont il était un des tauliers indéboulonnables. La tache s’annonce extrêmement difficile pour le joueur formé à l’ESS puisque son temps de jeu est loin d’être suffisant pour lui permettre de prouver ce dont il est capable.


Probabilité d'être sélectionné : 30 %


Dylan Bronn : Beaucoup moins connu du public tunisien que celui présenté précédemment, l’actuel joueur de La Gantoise reste pourtant un élément extrêmement intéressant pour la sélection à ce poste. Doté d’un profil différent de celui d’Abdennour et de S. Ben Youssef, Bronn est un défenseur central à l’aise balle au pied, rapide et doté d’un bon sens de l’anticipation. Ses qualités lui ont d’ailleurs permis d’évoluer pendant un certain temps au poste de latéral droit cette saison avec des prestations plus que correctes. Il a depuis retrouvé son poste préférentiel de défenseur central et enchaîne les performances avec une équipe classée quatrième du championnat belge. A 22 ans, le natif de Cannes progresse au fil des mois et ne devrait pas faire long feu en Jupiler Pro League. Le Mondial semble en tout cas être une juste récompense pour un élément qui pourrait apporter un vrai plus aux Aigles, que ce soit dans un futur proche sur un plus long terme.


Probabilité d'être sélectionné : 60%


Hamza Mathlouthi : Titulaire en sélection pendant la CAN 2015, l’ancien latéral droit de Bizerte a petit à petit perdu sa place au profit d’un Hamdi Nagguez qui offre notamment plus de garanties sur le plan défensif. Néanmoins, Mathlouthi fait toujours partie des convoqués depuis maintenant une longue période, même si son temps de jeu depuis l’arrivée de Maaloul est proche du néant. Avec la convocation de Nagguez et d’éléments polyvalents comme Bedoui ou éventuellement Bronn capables d’évoluer à ce poste-là, on pourrait imaginer que le sélectionneur puisse vouloir libérer une place dans un autre secteur de jeu où les Aigles disposent de moins de profondeur et de possibilités. A moins qu’il ne reste fidèle à ce qu’il a montré jusque-là en accordant une nouvelle fois sa confiance au joueur du CSS.


Probabilité d'être sélectionné : 50%


Milieu de terrain :


Karim Aouadhi : Longtemps ignoré par Kasperczak, le milieu de terrain de Sfax fait également partie de ceux qui ont grandement bénéficié de l’arrivée de Nabil Maaloul. Présent dans toutes les listes du sélectionneur comptant pour les matchs qualificatifs, Aouadhi est sans doute apprécié pour son expérience et son profil de récupérateur capable d’évoluer en sentinelle. La question qui se pose désormais est de savoir si la confiance lui sera toujours accordé malgré l’arrivée de Ellyes Skhiri, ou si le joueur passé par Dusseldorf sera finalement écarté avec l’arrivée de nouveaux éléments plus performants.


Probabilité d'être sélectionné : 40%


Aymen Trabelsi : Véritable surprise des dernières listes, Trabelsi a été récompensé de son bon début de saison avec l’Etoile avec qui il a gagné sa place de titulaire en s’installant à un poste de milieu défensif laissé vacant. Malgré un déficit technique qui peut parfois lui causer des pertes de balles dans des positions dangereuses, le joueur formé au club du Sahel bénéficie néanmoins de qualités de récupération intéressantes et d’une condition physique lui permettant d’être au four et au moulin pendant tout une rencontre. Suffisant pour faire partie du voyage en Russie ? Pas si sûr.


Probabilité d'être sélectionné : 30%


Larry Azouni : Si beaucoup ont bénéficié de l’arrivée de Maaloul, Larry Azouni fait partie des grands perdants de cette nomination. Toujours appelé sous Kasperczak, avec qui il a notamment disputé la dernière CAN, le milieu formé à l’OM n’a plus mis un pied en sélection depuis le changement de sélectionneur, et ce malgré un temps de jeu plus que correct avec son club de Courtrai. Alors qu’il a lui aussi pris la décision de quitter la Ligue 2 française pour le championnat belge, il devra tout faire pour convaincre un sélectionneur qui bénéficie désormais d’un choix plus large à ce poste et qui ne semble pas trop compter sur lui.


Probabilité d'être sélectionné : 20%


Attaquants :


Alaeddine Marzouki : Il aurait pu figurer parmi les éventuelles surprises, mais ses performances depuis le début de la saison avec le CSS le placent assurément parmi les éléments qui bénéficient d’une véritable chance de disputer leur première Coupe du Monde. Longtemps meilleur buteur du championnat, avant de se faire rejoindre par Khenissi, Marzouki semble enfin atteindre son meilleur niveau avec les bianconeri, après avoir déjà montré de très belles choses avec le Stade Tunisien. Le joueur de 28 ans a l’avantage de bénéficier d’un profil de 9 et demi capable d’évoluer juste derrière l’attaquant mais peut également faire parler ses qualités sur un côté. C’est justement cette polyvalence qui est susceptible de faire la différence et de donner de l’avance par rapport à d’autres éléments cantonnés à un seul et unique poste.


Probabilité d'être sélectionné: 30%


Saber Khalifa : Symbole du renouveau de son club depuis quelques semaines, l’ancien attaquant de l’OM et d’Evian est en train de marquer de précieux point dans la course au Mondial. Tout comme Marzouki, lui aussi bénéficie d’une polyvalence qui peut être utile dans une telle compétition. Son profil et sa qualité de vitesse sont également des éléments très précieux en contre-attaque, et donc contre des adversaires comme l’Angleterre et la Belgique. Absent des dernières listes, il ne serait pas étonnant de le voir sélectionné par Maaloul afin de disputer la plus grande des compétitions internationales à 31 ans.


Probabilité d'être sélectionné: 40%


Bassem Srarfi : Même s’il est seulement âgé de 20 ans et qu’il bénéficie encore d’une très grande marge de progression, il est aujourd’hui impossible d’ignorer les performances dont a été l’auteur Bassem Srarfi depuis le début de la saison. Titularisé en tour préliminaire de Ligue des Champions contre l’Ajax Amsterdam, il avait alors impressionné par sa qualité technique et ses dribbles chaloupés. Peu à peu mis à l’écart par Lucien Favre lors des semaines suivantes, il est ensuite très bien revenu en cette deuxième partie de saison en inscrivant deux buts décisifs à Lille et surtout à Toulouse. Plus qu’un projet d’avenir, le joueur formé au Club Africain fait aujourd’hui partie intégrante de la rotation d’un club ambitieux qui s’habitue à disputer les Coupes d’Europe.


Probabilité d'être sélectionné: 20%

Yoann Touzghar : Si son passage éphémère au Club Africain entre 2015 et 2016 n’a pas laissé une grande trace, l’attaquant de 31 ans a ensuite bien su rebondir en revenant dans un championnat de Ligue 2 française qui lui est désormais familier. Son temps de jeu correct lui a même valu d’être rappelé en sélection, avec à la clé une titularisation lors du match ultra décisif à Kinshasa. Cela témoigne de toute la confiance que lui porte actuellement le staff de la sélection. Cependant, il devra faire face à une concurrence de plus en plus importante à ce poste et profiter de ces dernières semaines pour conforter une place qui lui semblait jusque-là promise.


Probabilité d'être sélectionné: 40%


Hamdi Harbaoui : Le voici, le joueur qui est actuellement le plus à même de menacer la présence du sochalien dans les 23. Longtemps ignoré à Anderlecht, l’ancien attaquant de l’Espérance a profité du mercato hivernal pour rejoindre le club de Zulte Waregem, toujours dans un championnat belge qu’il connait désormais comme sa poche. Convoqué lors du premier match de Maaloul en Juin dernier contre l’Egypte, Harbaoui n’a depuis plus remis les pieds en sélection, et ce en raison d’un temps de jeu bien insuffisant. Désormais, celui qui a retrouvé ce fameux temps de jeu et de la confiance a toutes ses chances de faire partie du voyage en Russie, ou au moins d’être testé lors du prochain rassemblement lors duquel les Aigles affronteront l’Iran et le Costa-Rica.


Probabilité d'être sélectionné: 30%


Hamdi Harbaoui sous les couleurs du RSC Anderlecht


Ahmed Akaichi : Écarté du premier stage de la sélection de l’ère Maaloul, Akaichi était loin de commencer sur de bonnes bases. Et même si de l’eau a coulé sous les ponts depuis cet incident, l’inconstance de l’attaquant avec son club d’Al Ittihad n’est pas là pour améliorer les choses. Bien qu’il figure à la deuxième position du classement des buteurs du championnat saoudien, le joueur passé par l’Etoile et l’Espérance se démarque également parfois par son manque d’efficacité et sa maladresse devant le but. A 29 ans, il est donc actuellement plutôt mal placé dans la hiérarchie, surtout après la récente annonce faite par le président de la FTF affirmant qu’il sera absent du prochain stage de préparation.


Probabilité d'être sélectionné: 15%